Durandal à Rocamadour

 

Roland (736-778) est Comte de la Marche de Bretagne et neveu de Charlemagne et compagnon d’armes. Lorsque l’Empereur passe les Pyrénées pour combattre les Sarrasins en Navarre, Roland et l’arrière-garde sont pris en embuscade par les Vascons au Col de Roncevaux.

La légende veut, qu’après que ses hommes aient vaillamment combattu jusqu’au dernier, Roland sonne l’olifant pour appeler Charlemagne à son secours. Il aurait tenté de casser son épée sur un rocher afin qu’elle ne tombe pas aux mains des Sarrasins, mais c’est le rocher qui se serait brisé, créant ainsi la Brèche de Roland. Ayant prié l’archange Michel de l’aider, il aurait lancé Durandal vers la vallée. Celle-ci aurait alors miraculeusement parcouru des centaines de kilomètres pour venir se planter dans un rocher dans le sanctuaire de Rocamadour.

Voici du moins ce que nous dit la Chanson de Roland que l’on trouve dans la Chanson de geste du roi au Xème siècle.

Pour ce qui est de Durandal, La légende veut que l’épée ait été donnée à Charlemagne, alors qu’il était aux vallons de Maurienne, par un ange de Dieu, afin qu’il la remette à un comte capitaine.

La petite histoire quant à elle garde deux versions. L’une dit que Roland serait venu à Rocamadour donner l’équivalent du poids de son épée en or. L’autre dit qu’il est possible que Roland soit venu à Rocamadour et qu’après sa mort ses compagnons et proches soient venus y déposer symboliquement son épée auprès de la Vierge Marie. Bien évidement l’épée exposée actuellement n’est pas l’épée de Roland.

 

4 réflexions sur « Durandal à Rocamadour »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*